©Bernard Martinez
©Adrien Hippolyte
©Gilles Abegg
©Adrien Hippolyte
 

L'Autre Saison

L'Autre Saison

«Voici que m’échoit à nouveau le privilège de lancer L’Autre Saison des Dissonances et de leurs invités. Ainsi se prolonge l’aventure née il y a 10 ans au point de convergence d’un faisceau de forces : Celle de David Grimal, l’âme de ce projet, dont il a su faire partager l’évidence aux musiciens membres du collectif des Dissonances qu’il a fondé : la musique peut et doit être un vecteur de recouvrement de la dignité pour ceux que la vie a blessé.

Celle de personnes engagées vers les sans abris ou ceux qui sont en risque d’être précipités dans la précarité. La puissante force d’accueil d’une paroisse, communauté et lieu, Saint-Leu – Saint- Gilles, au coeur du quartier des halles.

La force et la présence agissante de ces personnes en situation difficile qui, concert après concert apportent leur concours pour préparer et organiser l’accueil de l’assistance.

Ce projet avait besoin d’un support logistique, c’est l’association Les Margéniaux (Les Marginaux ont du génie !) qui assure en amont la mise en place matérielle des concerts et en aval l’utilisation des fonds récoltés selon les critères définis par les musiciens : la réinsertion et la responsabilisation. Pratiquement sans coût de fonctionnement, l’association se tourne vers les acteurs de terrain qui lui proposent des interventions.

Et la musique a jailli ! Et la générosité a suivi !

De prestigieux artistes ont spontanément proposé aux Dissonances de participer à cette offrande gratuite de leur talent. Dans la continuité et avec détermination des mécènes soutiennent Les Dissonances pour cette Autre Saison. Des acteurs divers ont accompagné la mise en place des concerts sans aucune compensation financière : création et édition de programmes, mise à disposition de matériel, droits sur la vente de disques transmis au bénéfice des Margéniaux. Les Margéniaux ont directement reçu de généreux soutiens.

Et l’action se développe : quarante deux dossiers ont été concrétisés, offrant à leurs bénéficiaires l’opportunité de pas en avant, leur permettant de remettre le pied à l’étrier, leur permettant de ne pas sombrer… et des contacts s’organisent en liaison avec de nouveaux acteurs de terrain pour élargir notre champ d’action.

Tous, musiciens, entreprises, mécènes, donateurs, bénévoles que je ne peux énumérer ici, et vous, qui lisez ces lignes, soutiens des Dissonances, adhérents des Margéniaux, fidèles de la première heure ou nouveaux participants à ces grandes fêtes que sont les concerts de L’Autre Saison, pour tous ces cas où vous avez permis qu’au moment fragile puisse être fait le geste secourable, soyez chaleureusement remerciés.

Et place à L’Autre Saison 2013 – 2014 !»

 

Yves Tuloup

Président des Margéniaux 

 

Noël 2003 a scellé le début de l’aventure des Dissonances. Les artistes réunis autour de David Grimal donnèrent leur premier concert en faveur des sans-abris en l’Eglise St Leu à Paris. Depuis, l’Ensemble parcourt les routes de France et d’Europe, est en résidence à la Cité de la musique, à l’Opéra de Dijon et au Volcan au Havre ; il fait voyager la musique, et la partage avec les personnes du Quartier St Leu, qui assistent et participent à l’organisation de chacun des concerts. C’est ainsi que les concerts des Margéniaux, réunissant Les Dissonances et les personnes de la rue se sont mis en place, et continuent de se développer…

 

Le projet

L’Autre Saison a pour objectif de rompre l’exclusion culturelle à laquelle font face les personnes en situation de marginalité et d’exclusion sociale. Conçue autour de cartes blanches aux artistes, L’Autre Saison est une saison de spectacle vivant au coeur de Paris pour et avec les sans abris.

Pour les sans abris

L’intégralité des recettes de concerts sont reversées à l’association Les Margéniaux qui accompagne et finance des projets d’urgence ou de moyen terme proposés par les acteurs sociaux.

 

Avec les sans abris

Chaque année une équipe de personnes en réinsertion rejoint l’organisation de cette saison culturelle.

 

Au centre de Paris

L’église Saint-Leu – Saint-Gilles est porteuse dans son histoire et son actualité d’un réel ancrage dans le quartier Saint-Denis. Identifiée et reconnue comme un lieu d’accueil sur ce territoire, elle héberge de nombreuses actions sociales autour des personnes de la rue.

L’Autre Saison créé du lien entres les personnes qui la font vivre et tisse des histoires avec le public fidèle, les visiteurs de passage, les habitants

du quartier, les habitués de Saint-Leu – Saint-Gilles…

 

L’Association Les Margéniaux

Un certain nombre de personnes vivent l’exclusion et la marginalité. L’exclusion sociale est aggravée par l’exclusion culturelle. L’association Les Margéniaux a pour objectif de rompre cette exclusion. Elle organise ainsi des concerts de musique classique par et pour les personnes de la rue. Les recettes récoltées permettent de financer tout ou partie d’actions de réinsertion proposées par ces mêmes personnes : micro-crédit à la création d’un projet d’entreprise, financement d’un permis de conduire ou d’une formation, salariat d’actions temporaires…

 

Les programmes de l'Autre Saison

Les programmes de l'Autre Saison

De la musique classique au tango, à la comédie musicale, au jazz et à la création contemporaine, l’Ensemble Contraste, arrange, mélange les musiques savantes et populaires. Les artistes talentueux de cet ensemble polymorphe, réinventent la mise en scène musicale et le concert classique en plaçant le public au centre de sa scénographie.

Artistes engagés, les musiciens de Contraste travaillent à ouvrir et offrir la musique classique au plus grand nombre. Ils ont imaginé et créé
en 2013 “Tous en coeur ”, un événement musical télévisé en faveur de la protection de l’enfance en danger, dans la continuité de leur engagement auprès de l’association SOS Villages d’Enfants.

C’est dans cette dynamique de partage et d’engagement que l’Ensemble Contraste s’associe à L’Autre Saison 13 – 14.

« La musique baroque, le gospel et le jazz ont une racine commune: celle de la spiritualité. C’est ce lien qui traverse les époques que tisse l’ensemble Contraste dans un programme tout en miroir(s). 4 extraordinaires musiciens revisitent les œuvres de Bach, Purcell, Mozart, Satie, Coltrane, Ellington… dans des arrangements colorés, décalés et à la texture sonore originale. »

 

Ensemble Contraste

Arnaud Thorette, alto

Johan Farjot, piano Fender Rhodes, arrangements

Karol Beffa, piano, arrangements

Raphaël Imbert, saxophones

 

Plus d’informations

Programme :

1/Paraphrase Gonssienne (Farjot/Satie)

2 / Chinatown (Beffa)

3/ Lament (Farjot/Purcell)

4/ je t’invoque (Beffa)

5/ Stella Hymnis (Imbert)

6/ Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ (Bach)

7/ Lacrymosa (Farjot/Mozart)

8/ Cracovia (Farjot)

9/ Cathédrales (Beffa)

10/ Echoes of Gospel (Imbert)

11/Amazing Grace (William Walker)

12/ Herz und Mund und Tat und Leben (Bach/Ensemble Contraste)

13/ Un mot encore (Farjot/Ensemble Contraste)

14/ Choral (Farjot)

15/ En miroir (Beffa/Ensemble Contraste)

Faire dialoguer musique et cinéma. Tetsuo Horino mène une vie insouciante à l’université et préfère traîner avec ses amis plutôt que d’accepter les mariages arrangés de son père. Le jour où ce dernier meurt, Tetsuo abandonne ses études, hérite de l’entreprise familiale et engage ses camarades… De mélodies lyriques en systèmes abstraits, Alexandra Grimal a composé une musique dense et profonde pour accompagner le film d’Ozu. Complices musicaux depuis huit ans Nelson Veras et Alexandra Grimal intègrent par petites touches la musique à l’émotion du film, une bande originale grandeur nature.

“Les films d’Ozu parlent du long déclin de la famille japonaise, et par-là même, du déclin d’une identité nationale. Aussi japonais soient- ils, ces films peuvent prétendre à une com- préhension universelle. Vous pouvez y reconnaître toutes

les familles de tous les pays du monde ainsi que vos propres parents, vos frères

et soeurs, et vous-même.”

Wim Wenders

Programme

Seishun no yume ima (Titre original)
1932 | Japon
35mm | Vostfr

Copie : Carlotta Film

Avec

Ureo Egawa, Kinuyo Tanaka, Tatsuo Saito

 

Artistes

Alexandra Grimal

composition, saxophone Nelson Veras guitare

Janina Baechle a foulé les scènes des prestigieuses maisons d’opéra, interprétant les grands rôles du répertoire mezzo-soprano.
Elle nous fait l’honneur d’un programme composé autour de chefs d’oeuvre de la musique occidentale moderne. Contemporains de Berg, Schoënberg, Chostakovitch, etc. Poulenc, Weill et les frères Gershwin ont contribué au renouveau de la musique populaire, suivant les grands mouvements de l’histoire du 20e siècle.

 

L’engagement, l’exil, l’expressivité de Weill, la créativité, l’expérimentation de George Gershwin, la poésie de son frère Israël et les mélodies de Poulenc offrent à Janina Baechle de formidables espaces d’expression.

L’Autre Saison 13 – 14 se clôture par ces pièces qui nourrissent depuis plus d’un demi-siècle un certain imaginaire, de Broadway aux clubs de jazz enfumés, de l’amour à l’écran aux déchirures du réel…

Nous laissant rêveurs jusqu’à l’année prochaine.

 

“Depuis mes études, je perçois le chant et la voix comme les choses les plus belles, les plus intimes, les plus excitantes et les plus colorées que vous puissiez imaginer. À mon sens il est formidable de pouvoir faire de la chanson et de l’opéra. Écoutez chaque chanteur d’opéra, il est aussi un chanteur de chansons !”

Janina Baechle

Programme

Poulenc

À sa guitare, Hôtel, Voyage à Paris,
Tu vois le feux du soir, Priez pour paix, C’est ainsi que tu es

Weill

Complainte de la Seine, Je ne t’aime pas, It never was you, My ship, Youkali Gershwin
Embrace me, Someone to watch over me, Summertime, The man I love, By Strauss
Hahn
La dernière valse

Artistes

Janina Baechle

mezzo soprano

Marcelo Amaral

piano

 

Les P’titssonances

Les P’titssonances

L’Ensemble Les Dissonances, en partenariat avec la Cité de la Musique, sont soutenues par le Conseil Général de la Seine-Saint-Denis dans le cadre du dispositif « In Situ, artistes en résidence dans les collèges ».

L’objectif de cette résidence In Situ est de profiter de la présence régulière dans le collège des musiciens de l’Ensemble Les Dissonances, pour initier des adolescents au monde de l’orchestre.

Plusieurs actions sont mises en œuvre pour contribuer à cette initiation :

– implantation de l’ensemble au sein de l’établissement sous forme de répétitions et de rencontres

– formation d’un petit orchestre à cordes composés de violons et de violoncelles : la pratique étant l’un des moyens les plus sûrs et efficaces pour amener des publics à la musique

– activités liées à la pratique de l’orchestre (visites, ateliers, concerts)

La Cité de la musique est associée à cette résidence et à toutes les actions pédagogiques mises en place.

 

Les actions des P’titssonances, conçues dans un premier temps avec l’aide du service de développement culturel de l’Opéra de Dijon se déclinent sous plusieurs formes, et peuvent s’adapter à toutes les salles qui nous accueillent.

L’idée du projet « Créer à l’Opéra de Dijon autour des Dissonances » est née du service de développement culturel de l’Opéra de Dijon. Un musicien des Dissonances va à la rencontre des plus jeunes dans leur milieu scolaire ; des violons sont mis à leur disposition ; un premier apprentissage sous forme de jeu permet d’éveiller l’intérêt des enfants pour la musique.

Alain Martinez, altiste et responsable des actions pédagogiques : « L’objectif premier des Dissonances est de faire découvrir la musique dite classique à un public non averti, à commencer par un public non averti, à commencer par le plus jeune. Pour cela, nous allons à la rencontre des enfants à l’école. Notre approche n’est pas de les mettre en situation de spectateur mais bien en situation d’acteur. »

Le projet s’intitule « Créer à l’Opéra de Dijon autour des Dissonances » et s’effectue en parallèle au travail de préparation d’un concert par l’ensemble. La semaine à l’école … Le matin Alain constitue des petits groupes permettant à chaque enfant de s’initier à la technique du violon. L’après-midi, la classe se réunit pour effectuer des jeux musicaux avec et sans instrument. La création d’une petite pièce musicale faite par les enfants sur les cinq jours est en lien avec le thème du concert des Dissonances.

Voici un exemple d’animation qui a été faite autour du concept America America donné à l’Opéra de Dijon le 28 octobre 2010…

Les enfants d’une classe de cm2 sont alors venus à l’Opéra jouer et chanter la pièce qu’ils ont eux-mêmes créée sur un air de Léonard Bernstein :

« Mi la ré sol résonnent à l’école

Le violon c’est bien mieux qu’une colle

La flûte et le trombone jouent ensemble

Les murs de l’auditorium en tremblent.

Les levées et les chut c’est pareil

Les canons ça fait mal aux oreilles

Les refrains c’est mieux que les codes

C’est l’moment d’aller à  l’Opéra. »

 

 

 

 

 

Autour d’une œuvre un concert est donné pour le jeune public avec toujours une prise de parole de musiciens expliquant l’œuvre et répondant aux interrogations des plus petits comme des plus grands.

 

Des répétitions publiques scolaires ont lieu autour de la majeure partie de nos programmes, à l’Opéra de Dijon et au Volcan au Havre notamment. Trois mille cinq cents enfants de Dijon, du Havre, de Paris ont ainsi déjà assisté à nos répétitions publiques.

Des classes découvrent une salle de concert et assistent à une répétition des Dissonances. Des musiciens prennent la parole et expliquent les œuvres, les instruments, leur métier. Un jeu de questions-réponses s’installe.

Chargement