Les Musiciens

Les Musiciens

    Hans Peter HOFMANN │ Violon

    « David et moi avons une grande complicité, nos différences nous influencent l’un l’autre et se transforment en une très belle synergie… De plus, cet ensemble a vraiment un esprit spécial avec des musiciens de très grande qualité. Grâce à eux nous avons déjà connu sur scène des moments rares d’émotion et de beauté. »

    Hans Peter Hofmann a étudié à la Musikhochschule de Sarrebruck, puis avec Yfrah Neaman à la Guildhall School of Music de Londres. Il est actuellement directeur artistique de l’Orchestre de Chambre de l’Union Européenne et violon solo de l’Orchestre symphonique de Vorarberg, Bregenz en Autriche. Hans Peter est professeur à la Musikhochschule de Sarrebruck.

    Guillaume CHILEMME │ Violon

    « L’aventure « Dissonances » représente pour moi les moments d’écoute, de partage et de fierté les plus importants de ma jeune vie de musicien. Découvrir le vaste répertoire symphonique en ayant une responsabilité de chambriste au service d’un collectif de musiciens engagés est, me semble-t-il trop rare de nos jours. »

     

    Guillaume Chilemme débute le violon à l’âge de trois ans et demi et entre à cinq ans au Conservatoire National de Région de Toulouse chez Laurent Pellerin. Deux ans plus tard, il entre dans la classe de Guenadi Gofman, ancien membre des solistes de Moscou. Il y obtient en 2003 ses prix de musique de chambre et de violon à l’unanimité. En 2005, il intègre la classe de Boris Garlitsky au CNSM de Paris où il obtient un master avec les félicitations du jury premier nommé. Parallèlement, il conclut sa formation de musique de chambre en obtenant son prix auprès de Pierre-Laurent Aimard. Depuis janvier 2010, Guillaume poursuit ses études à la Hochschule de Berlin dans la classe de Stephan Picard et du Quatuor Artemis. Depuis 2014, il se perfectionne à la Hochschule de Sarrebruck avec David Grimal. Sélectionné par Seiji Ozawa en 2008 et 2010 pour participer à l’International Music Academy Switzerland, il bénéficie de l’enseignement de Nobuko Imaï, Pamela Frank, Sadao Harada, Robert Mann et Seiji Ozawa. Durant l’année 2011, il est invité à de nombreux festivals : les Folles Journées de Nantes, le Festival de l’Orangerie de Sceaux, le Julita Festivalen en Suède, le Festival des Serres d’Auteuil, Les Folles journées de Tokyo, le Festival des Sonates d’Automne, La Roque d’Anthéron. Il s’y produit aux côtés de musiciens de renommée internationale tels que Frank Braley, Raphael Pidoux, Christian Ivaldi, Claire Désert, Jérome Comte, Florent Boffard, Pierre Foucheneret… 1er Prix du Swedish International Duo Competition avec le pianiste Nathanaël Gouin en août 2010, et 3ème Grand Prix ainsi que Prix Spécial des élèves des conservatoires de Paris au Concours International Marguerite Long-Jacques Thibaud en novembre 2010, Guillaume Chilemme figure parmi les violonistes les plus prometteurs de sa génération.  

    ©Caroline Doutre
    Doriane GABLE │ Violon

    « Il est précieux lorsque l’on fait comme moi de la diversité le fil rouge de sa vie de musicienne, de jouer au sein des Dissonances. Le travail singulier sans chef d’orchestre, l’égrégore de superbes musiciens, unis dans un but commun de faire partager une belle énergie, constitue un tout unique et très enrichissant. Adrénaline assurée ! »

     

    Doriane Gable est une violoniste qui présente à ce jour un parcours musical enrichi par la multiplicité de ses expériences.

    En 2006, dès l’âge de 23 ans jusqu’en 2014, elle occupe un poste de violon solo au sein de l’orchestre de l’Opéra National de Paris, période durant laquelle elle rencontre de grands chefs d’orchestre, tels que Seiji Ozawa, Valery Gergiev, Christoph Von Dohnànyi, Philipp Jordan….
    En parallèle, Doriane est invitée depuis son plus jeune âge à participer à de nombreux festivals en qualité de chambriste : au Festival Berlioz, Genève, Val d’Isère, La Rochelle, Tillac, Moissac, JeunesTalents, Château de Tilly, Montauban, Loches, Auxerre, Sens, Cluny, Villevieille, Assiez et d’autres, ainsi que dans différents pays : Thailande, Vietnam, États-Unis, Russie, Japon, Croatie, Royaume-Uni, Maroc, Afrique du Sud, Algérie, Tunisie. Elle s’y produit en compagnie des artistes Garry Hoffman, Jean-Frédéric Neuburger, Xavier Phillips, David Grimal, Emmanuelle Bertrand, Olivier Charlier, François-Frédéric Guy, Tedi Papavrami…

    Née en 1982, elle intègre le Conservatoire National Supérieur de musique de Paris à l’âge de 15 ans après des études au CNR de Saint-Maur-des-Fossés avec Marie -Claude Theuveny. Elle s’y perfectionne au contact de Régis Pasquier, Christian Ivaldi, Itamar Golan et y obtient son diplôme de Formation Supérieure. Elle se produit en soliste, Concerto de Beethoven avec l’orchestre du CNR et par la suite avec l’orchestre de Tarbes dans les concertos de Mendelssohn, Haydn, les 4 Saisons… Au cours de ses études en cycle de perfectionnement au CNSM de Lyon dans la classe d’Annick Roussin, elle interprète le concerto de Bartòk n°1 avec l’orchestre du Conservatoire. Plus récemment, avec l’orchestre symphonique et lyrique de Paris. Affectionnant toujours le répertoire opératique et orchestral, Doriane est invitée en qualité de co-soliste et supersoliste dans les orchestres de Radio France, Lille, Auvergne, Luxembourg, orchestre de chambre de Paris…

    Désireuse de faire de la diversité de ses rencontres, de l’égrégore des musiciens avec lesquels elle joue, le fil rouge de sa vie de musicienne, elle trouve un vrai sens au sein de l’ensemble Dissonances, dont elle fait partie depuis 2011. Elle s’est produite avec l’ensemble de musique contemporaine TM+ ainsi que l’European camerata plus récemment. Membre du quatuor Parisii, Doriane Gable forme également un duo avec la violoncelliste Maja Bogdanovic avec laquelle elle s’est produite à plusieurs reprises dans différents festivals.

    François GIRARD-GARCIA │ Violon

    « Les émotions du premier concert que j’ai fait avec les Dissonances me resteront probablement marquées à vie. Outre les qualités des individus qui composent l’ensemble, le travail se fait avec humilité dans le but de servir l’œuvre. La musique et les échanges humains qui en découlent procurent des moments de partage et de joie intense. »

     

    Violoniste, François Girard-Garcia a étudié à la Royal Academy of London, à la Musikhochschule de Saarbrücken et à la ZHdK de Zürich dans les classes respectives de Maurice Hasson, David Grimal et Ilya Gringolts. Il joue régulièrement avec les Dissonances depuis 2010 et dans de nombreuses formations de chambre. Invité dans de nombreux festivals en Europe, il s’investit également beaucoup dans la musique contemporaine. François Girard-Garcia est professeur au Conservatoire de Zürich et dirige un projet musical en Ethiopie pour apprendre le violon aux enfants.

    Amanda FAVIER │ Violon

    « Quoi de meilleur que de partager la musique entre amis ? »

     

    Talent précoce, Amanda Favier est remarquée à neuf ans lors son premier concerto en soliste, à onze ans salle Gaveau et à treize sur les bancs du CNSM de Paris dans la classe de Gérard Poulet. Après un Premier Prix de violon et un Diplôme de Formation Supérieure mention Très Bien, elle suit un Cycle de Perfectionnement parisien avant de parcourir l’Europe au contact d’Igor Ozim et d’Ifrah Neaman. Rapidement, elle glane une quinzaine de prix internationaux et se produit dans des salles prestigieuses (Gewandhaus de Leipzig, Concertgebouw d’Amsterdam, Victoria Hall de Genève, Kremlin State Palace de Moscou, Philharmonie du Luxembourg, Théâtre des Champs-Elysées, Théâtre du Châtelet, Cité de la musique à Paris…) avec des partenaires et orchestres renommés. Elle enregistre cette saison l’intégrale des sonates de Beethoven pour les films de la Découverte et le label NoMadMusic avec la pianiste Célimène Daudet.

    Dorothée NODE-LANGLOIS │ Violon

    « La dissonance, c’est le lieu de la tension, de l’incertitude. Avant la consonance, avant l’harmonie, c’est la route pour y accéder. Les Dissonances, c’est ce chemin vers l’équilibre, tel un funambule sur son fil. C’est ce grand vide sous nos pieds qui nous tient en haleine. Les Dissonances, c’est un public toujours gourmand. Les Dissonances, c’est cette envie de faire le chemin ensemble, tournés vers l’avenir… Les Dissonances, c’est un devenir ! »

     

    Native de Toulouse, Dorothée a fait ses études supérieures à Genève, Londres et Paris, chez Robert Zimansky, Jacqueline Ross, et Solange Dessane. Chambriste investie, elle joue au sein de l’ensemble Z durant de nombreuses années, avec qui elle fonde le festival « les Estivales de Megève », et emporte diverses récompenses. Vivement impliquée dans la défense de la musique de demain, Dorothée collabore avec les ensembles de musique contemporaine Aleph, Ars Nova, et TM+. Elle est membre des Dissonances depuis 2010. Titulaire d’un Master de Pédagogie, elle est professeur au CRD d’Évry.

    Jin-Hi PAIK │ violon

    «  Les Dissonances ont été une véritable révélation dès ma première répétition, un incroyable choc musical et humain. Tout semblait évident et parfait ! Le travail et l’écoute y sont d’une qualité extraordinaire, les talents sont tous au service de la musique. L’intensité, généralement propre à la musique de chambre, y est décuplée et l’énergie interactive qui se dégage de chaque mouvement devient un terrible idéal car désormais, je ne m’imagine pas faire la musique autrement. »

     

    Née à Paris en 1977, Jin-hi Paik étudie le violon auprès de Gérard Poulet et Alexandre Brussilovsky avant d’obtenir son Diplôme au CNSM de Paris en 2002. Elle joue au sein de nombreux orchestres parisiens comme l’Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la direction des chefs les plus prestigieux tels Sir Colin Davis ou Pierre Boulez. Après avoir enseigné au Conservatoire du 12ème Arrondissement de Paris, elle se consacre pleinement aux ensembles émergents et intègre Les Dissonances en 2006, jouant aussi régulièrement avec Les Siècles ou l’Orchestre Pelléas.

    Anne-Sophie LE ROL │ Violon

    «  Les Dissonances c’est une aventure artistique et humaine où l’échange, le partage et la transmission entre des personnalités musicales riches font la particularité de ce groupe. L’expérience de jouer sans chef permet à chacun d’être le créateur d’une liberté et d’une joie de jouer de la musique ensemble. »

     

    Née en 1990 à Paris, Anne-Sophie Le Rol débute le violon à l’âge de 4 ans. Après un Premier Prix à l’unanimité du jury en 2000 au CNR de Paris, elle obtient une  Licence de Musicologie à l’Université Paris-Sorbonne. Diplômée d’un Master en violon ainsi que d’un Master en musique de chambre au CNSM de Paris où elle se forme dans les classes de Régis Pasquier, Philippe Aïche et Vladimir Mendelssohn, elle bénéficie des conseils de grands artistes tels que Salvatore Accardo, Roland Daugareil, Roland Pidoux, Claire Désert, Hae-Sun Kang et Michel Moraguès. Anne-Sophie Le Rol est souvent invitée comme 1er violon solo à l’Orchestre d’Auvergne, à l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire et à l’Orchestre Lamoureux. Elle remporte de nombreux concours nationaux et internationaux et joue régulièrement en soliste, à Beyrouth avec l’Orchestre National Symphonique du Liban, avec l’Orchestre de Caen, et la Camerata de Bourgogne. A 21 ans, Anne-Sophie est membre titulaire de l’Orchestre de Paris, ce qui la conduit à parcourir le monde et à jouer dans les plus grandes salles, sous la baguette des chefs les plus prestigieux. Elle est l’invitée de nombreux festivals et rencontres musicales tels les Récitals de Printemps à Saint-Jean-de-Luz, le Festival Debussy, le Festival Classique au Port à La Rochelle, les Nuits Musicales du Suquet à Cannes, le Festival de Nîmes, la Saison musicale de l’Epau, le festival de Pâques de Deauville, etc. Sa passion pour la musique de chambre la conduit à travailler régulièrement avec l’ensemble Les Dissonances et à collaborer avec l’IRCAM ainsi que l’ensemble 2e2m.

    Vlad BACIU │ Violon

    « Jouer avec Les Dissonances me donne une joie immense en raison de la musique et l’amitié résultant de la collaboration entre les musiciens. Un grand musicien comparait chaque instrumentiste à une petite roue dans un mécanisme géant ouvert à la collaboration symphonique. Je pourrais comparer Les Dissonances à une horloge mécanique constituée de pièces précieuses montrant l’heure exacte. De cette précision la musique nait avec une grande facilité, d’autant plus que ce mécanisme ou ensemble fonctionne sans chef. » 

     

    Né en Roumanie en 1986, Vlad Ioan Baciu est depuis 2009 diplômé de l’Académie de Musique Gheorghe Dima de Cluj-Napoca dans la classe de Nicusor Silaghi. Pendant ses études, il a eu comme mentors des artistes tels que Sebastian Gurtler, Răzvan Popovici, Corinne Chapelle, Alexander Sitkovetsky, Gabriel Croitoru, Cristian Mandeal, etc. Il a fait ses débuts en 2007 à l’Orchestre Philharmonique de la Transylvanie État à Cluj, où il a également été soliste. Depuis 2008, il est membre de l’Orchestre national des jeunes, fondé la même année, s’affirmant sur des scènes telles que le Konzerthaus de Berlin, la Philharmonie de Berlin ou de la Santa Cecilia, Roma. Il a été invité à se produire au Festival Sonoro aux côtés d’artistes variés tel que Razvan Popovici, Reto Bieri, Corinne Chapelle, Marcelo Nisinman, Julian Arp, Erich Oskar Huetter, Petras Genuisas Diana Ketler, Luiza Zan, etc. Depuis mars 2014, il est régulièrement invité à se produire comme premier violon à l’orchestre privé Philharmonie Salzbourg. Depuis 2011, il est premier violon à l’Opéra National Roumain de Cluj-Napoca.

    Emilie BELAUD │ Violon

    « Mon premier concert avec Les Dissonances il y a maintenant 4 ans avait été un véritable choc ! Une Symphonie Pastorale regroupant des talents incroyables, une attention individuelle et une écoute collective à leur paroxysme qui avaient ainsi électrisé la salle. Les Dissonances sont dès lors devenues un élément essentiel de ma vie de musicienne car c’est toujours avec un regard nouveau et une connaissance extrême de la partition que nous appréhendons les grandes pages du répertoire. »

     

    Emilie débute le violon à 6ans au CNR de Bordeaux avant de poursuivre ses études au CNSM de Paris dans la classe d’Olivier Charlier. Elle se perfectionne parallèlement en violon et en musique de chambre aux côtés de professeurs tels que C.Ivaldi, Daniel Gaede, J.Mc Manama, C.Désert ou encore Itamar Golan et Mihaela Martin, et obtient en juin 2006 son prix mention Très Bien. Depuis longtemps passionnée d’orchestre, Emilie joue dans de prestigieuses formations telles que l’Opéra de Paris, l’Orchestre de Paris, le Théatre Royal de la Monnaie à Bruxelles et devient, à l’invitation de Claudio Abbado en 2004,  membre permanent de l’Orchestra Mozart di Bologna. Comme chambriste, Emilie est invitée à se produire aux côtés de personnalités telles que Gérard Caussé, Roland Pidoux, Christian Poltera, David Lively, Marianne Piketty, David Gaillard, Ludmila Berlinskaia dans des festivals tels que les Dias de Musica (Lisbonne), les Nuits Musicales Catalanes, les Musicales de Beloeil (Belgique), festival la Clé des Portes, Festival international de Saint-Lizier en Couserans, B-classic Festival, Klara Festival. En 2013 Emilie  devient 2nd violon du Quatuor Malibran. Depuis 2007, Emilie est assistante Konzertmeister à l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège; orchestre aux côtés duquel elle se produit à plusieurs reprises en soliste et enregistre en compagnie d’autres personnalités sous la direction de J.J.Kantorow un disque dédié à la musique d’Ysaye. Emilie joue un violon de 2009 fait par Christian Bayon à Lisbonne.

    David BAHON │ Violon

     « Aux Dissonances, chose peut-être trop rare en orchestre, on sent que tous les musiciens sont heureux de se retrouver à chaque fois. Ainsi, chacun est toujours dans les meilleures dispositions et les répétitions se déroulent dans une ambiance excellente.  Au cours de l’élaboration d’une œuvre, même si tout le monde ne prend pas la parole, le travail se fait réellement à plusieurs. L’attention que tous les musiciens portent aux autres instruments (attention redoublée par l’absence de chef d’orchestre), permet une grande liberté d’expression ; liberté encore plus accentuée en concert. Les Dissonances, c’est la sensation de faire de la musique de chambre en orchestre. Un bonheur.»

     

    David Bahon débute le violon avec Jean-Marc Phillips-Varjabédian au conservatoire du 13ème Arrondissement de Paris. En 2003, il étudie avec Roland Daugareil au CRR de Paris et rentre deux ans plus tard au CNSM de Paris, dans la classe de Jean-Jacques Kantorow en violon. Il suit les cours de musique de chambre (en quatuor et trio) dans les classes de Marc Coppey et de Claire Desert et obtient en 2010 le diplôme de Master de violon. David Bahon se perfectionne auprès d’Albert Markov, au Long Island Conservatory de New-York et y obtient le Diplôme d’Artiste en 2012. Il se produit en soliste avec l’Orchestre du LIC de New-York, l’ensemble Koechel 440, l’Orchestre Symphonique de Janson. En musique de chambre au Carnegie Hall, au Lincoln Center et au WMP Hall de New-York. Pour cette occasion un violon Stradivarius de 1690 lui a été prêté. Aussi musicien d’orchestre, il joue au sein de l’ensemble Les Siècles et Les Dissonances. Il partage aussi son activité chambriste au sein de La Symphonie de Poche, de l’Ensemble Kyrielle et du Quatuor Hadès. Il est invité dans plusieurs festivals, notamment dans le Festival Juventus, le Festival Cordes & Pics, 1000 violons en Maurienne, le Festival des Arcs et « Les Vacances de Mr Haydn ». Boursier du Prix Drouet-Bourgeois et de la fondation Meyer, il est lauréat des concours Vatelot, Bellan, U.F.A.M. en France et « Young Artist of Tomorrow » aux États-Unis. Par ailleurs, il mène une activité de professeur de violon dans l’association Fénelon Sainte-Marie. David Bahon joue sur un violon Auguste Sébastien Bernardel  de 1847 qui lui est prêté par Nicolas Dufourcq.

    David GAILLARD │ Alto

    « Ma présence aux Dissonances se place sous le signe de la complémentarité. Il est très enrichissant de connaître la tradition d’une grande formation symphonique et dans le même temps la fraîcheur des Dissonances, l’apport artistique de l’un se nourrissant de l’autre. De plus, le fait d’avoir des musiciens chevronnés travaillant avec des jeunes en début de carrière est aussi un échange très intéressant. Nous leur apportons notre expérience, ils nous obligent à nous poser des questions, ce qui permet à chacun d’avancer ! »

     

    Né en 1973, David Gaillard est titulaire d’un premier prix à l’unanimité avec félicitation du jury du CNSM de Paris. Premier alto solo à l’Orchestre de Paris, il est en outre un fervent défenseur de la musique vivante et à ce titre a collaboré avec des ensembles tels que l’Ensemble Intercontemporain, l’IRCAM… David se produit régulièrement en formation de chambre sur les plus grandes scènes nationales et internationales.

    ©Adrien Hippolyte
    Natacha TCHITCH │ Alto

    «  Je suis membre des Dissonances depuis 2006. Le projet porté par les Dissonances est mon modèle d’orchestre préféré. C’est une grande école du partage : partage de la musique, échange des idées. En tant que musiciens, nous cherchons un chemin autre que celui des formations orchestrales typiques : nous sommes acteurs et créateurs d’un processus qui nous apporte une réelle satisfaction artistique. Un vaste répertoire, une haute responsabilité artistique et une excellente complicité entre musiciens sont les ingrédients qui nous donnent le sentiment d’être heureux de vivre ces instants uniques. Nous sommes enthousiastes à chaque répétition ! »

     

    Née en Russie, Natacha Tchitch a étudié au Conservatoire supérieur de Moscou et à l’École supérieure Reina Sofia de Madrid. Au cours des ses études, Natacha Tchitch remporte en 2000 le Prix Spécial du Concours Lionel Tertis en Angleterre et le Grand Prix au Concours International en Almati. Depuis 1995, elle a été membre notamment des orchestres de Galicie et de l’Opéra de Paris. À de nombreuses occasions, elle fut invitée en tant qu’alto solo auprès d’orchestres tels que l’Orchestre de La Monnaie (Bruxelles) et l’Orchestre National d’Espagne. Natacha se produit régulièrement en formation de chambre dans les festivals. Elle enseigne actuellement à l’Académie Supérieure du Pays Basque en Espagne.

    ©Caroline Doutre
    Delphine TISSOT │ Alto

    « Pour moi, faire partie des Dissonances, c’est avant tout partager de la musique avec des amis qui ont la même vision, la même écoute. Sans chef, l’écoute devient l’élément central de l’orchestre. A chaque concert je suis frappée par l’énergie que l’ensemble dégage, énergie qui touche directement le public. L’absence de chef est comme une absence de paravent entre l’orchestre et le public, l’émotion et l’énergie lui parviennent directement. Chaque saison s’accompagne de nouveaux challenges initiés par David Grimal. J’ai hâte de découvrir ce que nous réservent les années à venir ! »

     

    Delphine Tissot a étudié au CNSM de Paris. Son expérience d’orchestre commence en 1996 au sein de l’orchestre des jeunes de la communauté Européenne, puis avec l’orchestre de jeunes Gustav Mahler, en tant qu’alto co-solo puis solo. Delphine a été invitée très régulièrement par l’Orchestre philharmonique de Berlin entre 1999 et 2001. Pour des concerts, enregistrements et tournées sous la direction de Claudio Abbado, Simon Rattle, Loin Maazel, Seji Ozawa, Daniel Baremboim. En 2002, elle devient membre du Mahler Chamber Orchestra. De 2005 a 2008, elle est aussi deuxième alto solo au Helsingborg Symphony Orchestra. Delphine a joué avec de nombreux orchestres, tels que le BBC Symphony Orchestra,le Philharmonia, le European Camérata, et de 2009 a 2013 elle est invitée comme alto solo à l’’Orchestra Ensemble Kanazawa au Japon. Elle participe aussi à de nombreux concerts de musique de chambre dans des salles prestigieuses telles que la Philharmonie de Berlin, Suntory hall, Essen philharmonie et dernièrement au festival d’Alderburgh. Parallèlement Delphine apprécie s’occuper des orchestres de jeunes. Elle a déjà encadré le groupes d’alto de l’orchestre des jeunes de Catalogne, de l’Académie du Mahler Chamber Orchestra à Dortmund et de l’orchestre national des jeunes de Colombie.

    © Sonja Werner
    Marie CHILEMME │ Alto

    « Cette grande aventure des Dissonances est un vrai challenge à chaque nouvelle symphonie que nous jouons sans chef ! L’énergie commune qu’on donne tous sur scène est inégalable et je ne la ressens nulle part ailleurs ! Je suis très heureuse d’être aux côtés de David Grimal pour ce projet qui me tient vraiment à cœur. Vivement la saison prochaine pour des œuvres encore plus grandioses et magnifiques les unes que les autres ! »

     

    Marie Chilemme débute l’alto dès l’âge de trois ans. En 2005 elle est admise au CNSM de Paris dans la classe de Jean Sulem. Sélectionnée pour L’Académie Ozawa en Suisse, elle bénéficie des conseils de Paméla Franck, Robert Mann, Sadao Arada, Nobuko Imai et Seiji Ozawa. En 2010, elle obtient son diplôme de Master au CNSM de Paris avec les félicitations du jury. Marie suit ensuite l’enseignement de Tabea Zimmermann à la Hochschule Hanns Eisler de Berlin. En 2012, elle fonde avec son frère Guillaume Chilemme, Matthieu Handtschoewercker et Bruno Delepelaire le Quatuor Cavatine, qui remporte deux prix au prestigieux Concours International de Musique de Chambre de Hambourg (ICMC) et le 2ème Grand Prix au Concours International de Quatuor à Cordes de Banff au Canada (Bisqc). En janvier 2015, Marie est admise à la Chapelle Musicale Reine Élisabeth de Bruxelles dans la classe de Miguel da Silva.

    Xavier PHILLIPS │ violoncelle

    « Les Dissonances,  est une aventure merveilleuse tant sur le plan humain qu’artistique. Aussi l’occasion unique et rêvée de découvrir les plus belles pages de la musique symphonique au sein d’un collectif de musiciens remarquables emmenés (et non dirigés !) par David Grimal, complice de toujours, que je remercie ici pour sa confiance… Une même passion nous anime, celle d’interpréter et parfois de revisiter ces musiques tant entendues et aimées, avec cette énergie et cette implication toutes particulières liées au fait de l’absence d’un chef.  Prouesse technique, dirons-nous ? Sûrement, mais ce n’est pas l’idée… Ce que je retiens plus volontiers de cette expérience, c’est cette concentration intense, cette commune respiration et ces sourires de plaisir qui se dessinent sur les visages de mes partenaires lorsque nous jouons ces pages grandioses, avec ce sentiment troublant d’intimité et de chaleur… »

     

    Xavier Phillips a commencé le violoncelle à 6 ans. Il entre au Conservatoire de Paris en 1986 et se forme avec Philippe Muller. Il obtient le Premier prix du conservatoire en 1989. Après un troisième prix au Concours Rostropovitch en 1989, il poursuit sa formation avec Mstislav Rostropovitch qui l’a particulièrement remarqué. C’est sous sa direction que Xavier Phillips se distingue auprès des orchestres les plus prestigieux. Le maître reconnaît en lui un soliste accompli. Invité régulièrement en Espagne, au Portugal et aux États-Unis, Xavier Phillips parcourt le monde. Il est un fervent défenseur de la musique d’aujourd’hui et joue les œuvres de G. Connesson, JL. Agobet, T. Escaich, A. Gasparov, entre autres.

    Jérôme FRUCHART │ Violoncelle

    « Je joue aux Dissonances depuis leur création et c’est à chaque fois un sentiment de renouveau et l’impression de faire de l’orchestre d’une manière totalement différente. Je redécouvre la partition et les autres musiciens qui m’entourent grâce à un concept de travail qui est idéal. Nous prenons le temps de comprendre et d’approfondir ensemble le répertoire symphonique tout comme le ferait un groupe de musique de chambre. Les Dissonances constituent aussi pour moi un lien très fort avec certains musiciens que je connais depuis le Conservatoire et j’ai vécu de grands moments musicaux et humains à travers les différents concerts que nous avons donnés. »

    Jérôme Fruchart reçoit son Diplôme de Formation Supérieure Mention Très Bien au CNSM de Paris en 2003. Il entre à l’Académie Sibélius d’Helsinki pour étudier auprès d’Arto Noras en 2004. Il est invité à se produire au sein de l’Orchestre de Chambre d’Europe et à l’Orchestre Philharmonique de Berlin. En 2007, Jérôme passe une saison à l’Orchestre Symphonique de Bâle avant d’intégrer l’Orchestre de l’Opéra national de Paris en 2008. Depuis septembre 2010, il est membre de l’Orchestre Royal du Concertgebouw d’Amsterdam. Jérôme est lauréat de la fondation ADAMI en 2004 et en 2006 et du Rottary Club en 2005.

    Hermine HORIOT │ Violoncelle

    « J’ai la chance de jouer au sein des Dissonances depuis sept ans, et j’attends à chaque fois la prochaine session avec impatience. Cette impatience intacte de retrouver ses partenaires est pour moi le fil conducteur d’une vie de musicien, celui qui vous souffle les bons choix, au cœur et à l’oreille. Les Dissonances représentent à merveille cet esprit si cher à mon cœur. L’écoute mutuelle, l’ attitude active de chacun face à la musique, rendent chaque instant vivant et plein. Cet état résulte autant de l’absence de chef d’orchestre que des qualités humaines et artistiques des êtres participants de cette aventure. Chacun s’engage et se prépare en amont, dans le but de partager sans réserve ce qui nous relie tous : la musique.  Ce désir commun de jouer et respirer ensemble, cette communion ressentie à chaque concert, n’ ont tout simplement pas de prix. Ils sont uniques. »

     

    Hermine Horiot, née en 1986, a étudié avec Marc Coppey puis Philippe Muller au CNSM de Paris. Elle se passionne pour la musique de chambre dès l’âge de 10 ans, initiée par le Quatuor Manfred. Son parcours l’amène à enrichir son jeu auprès de fortes personnalités musicales telles que François Salque, Leonid Gorokhov, Jordi Savall, le Quatuor Ysaye… Elle participe aux Kronberg Academy Master-classes avec le violoncelliste Suédois Torleif Thedéen, et fait partie des musiciens sélectionnés à l’ « International Musicians Seminar 2015 »  à Prussia-Cove, sous la direction du violoncelliste Steven Isserlis. Le Festival Juventus, qui s’engage à repérer et rassembler le plus de jeunes talents européens, la nomme lauréate en 2012. Elle rejoint alors la famille de musiciens parmi lesquels Xavier Phillips, Marc Coppey, Ferenc Vizi, Alexandre Tharaud… Son premier disque, Romance Oubliée, aux côtés du pianiste Ferenc Vizi, est sorti en Janvier 2015 pour  le label 1001 Notes. Hermine Horiot se produit dans plusieurs festivals européens, ainsi qu’à la salle Pleyel, au Théâtre des Bouffes du Nord, au Musikverein de Vienne, à la Villa Medicis à Rome, au Danemark… aux côtés de Cyprien Katsaris, Laurent Korcia, Marc Bouchkov, Alena Baeva, Dimitri Murrath,  Adrien Boisseau, Laurene Durantel, les quatuors Manfred et Modigliani… Lauréate de la Fondation Banque Populaire, elle s’est récemment produite en soliste avec l’ Orchestre de Bretagne et l’ Orchestre de Chambre Nouvelle Europe. Hermine Horiot  joue un violoncelle fait pour elle en 2014 par le luthier Suédois Peter Westerlund.

    Louis RODDE │ Violoncelle

    «  C’est toujours un plaisir renouvelé que de retrouver des musiciens de talent avec lesquels je partage des moments forts de partage musical, d’échange d’idées, d’émotion commune et d’amitié. Ce qui fait pour moi la richesse des Dissonances, c’est que chacun vient avec sa personnalité et son expérience développée ailleurs. Le groupe est donc constitué de musiciens avec des bagages musicaux très variés, et c’est le jeu de mettre au centre la musique et de sentir le son de chacun entrer dans une vibration et une énergie commune. Jouer sans chef ne nous laisse aucun recours et c’est ce qui fait des Dissonances un magnifique challenge : pour que la musique soit intelligible et trouve son chemin, chacun se doit d’être énergétique, plein d’initiative pour que tout cela communique et que la vague traverse tout l’orchestre. Ces moments-là sont inoubliables. »

     

    Nommé révélation classique de l’Adami et lauréat de la Fondation Cziffra en 2011, Louis Rodde s’est formé auprès de Philippe Bary, Roland Pidoux et Xavier Phillips à Paris, puis de Peter Bruns à Leipzig, et enfin de Clemens Hagen à Salzburg. Louis donne de nombreux concerts en soliste et en musique de chambre dans la plupart des pays d’Europe, dans des salles telles que le Musikverein de Vienne, la Cité de la musique et le Théâtre des Bouffes du Nord à Paris ou le Bulgaria Hall de Sofia et dans de nombreux festivals parmi lesquels  l’Encuentro de Santander, le Festival International de La Roque d’Anthéron, les Festival Pablo Casals de Prades, les Chorégies d’Orange… Luis Rodde est aussi membre du trio Karénine.

    Maria CHIROKOLIYSKA │ Contrebasse

    « Les projets des Dissonances laissent l’espace nécessaire afin de réveiller la fibre créative qui est dans chacun d’entre nous. Ensemble, nous nous impliquons avec joie, mais aussi avec rigueur technique, dans le tissage d’images extraordinaires par leur beauté, sensibles mais pas fragiles, chargées d’une grande force émotionnelle qui se nourrit de nous et nous nourrit à leur tour... »

     

    Maria Chirokolyiska est née à Plovdiv, en Bulgarie. A quatre ans, son grand-père, artiste-peintre et musicien passionné, lui confectionne une guitare afin « d’occuper ses mains d’enfant énergique! ». Très douée, elle intègre à neuf ans l’École Spéciale pour jeunes musiciens de Plovdiv et, à 19 ans, l’Académie Nationale de Musique de Sofia. Remarquée par l’Intendant du Festival du Schleswig-Holstein, puis lauréate de la Deutsche Akademische Austauschdienst pour l’Europe de l’Est en 1999 et 2000, elle part se perfectionner auprès de G.Klaus dans la réputée Hochschule de Francfort. Elle y obtient son Master of Arts en 2001 et son Diplôme de Concertiste en 2004.  Après les Premiers Prix des concours nationaux « Jeunes Talents » (1994) et « Svetoslav Obretenov » (1996) et le Prix spécial du concours international « J.M Sperger » (2001), Maria remporte en 2003 le Premier Prix et le Prix spécial du jury du célèbre Concours International de Contrebasse G.Bottesini. Une performance unique pour une femme dans l’histoire de ce concours, qui lui apporte une renommée internationale.  Membre de l’Orchestre de l’Opéra de Francfort depuis 2001, elle devient quelques mois plus tard Deuxième contrebasse solo de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo dirigé par Marek Janowski.  Depuis 2007, Maria intègre l’Orchestre National de France en tant que Contrebasse solo et continue d’enrichir sa connaissance du travail d’orchestre sous la direction de Masur, Muti, Gatti, Haitink, Ozawa, Davis, Gardiner, Zinman… Très appréciée de ses collègues, elle est régulièrement invitée dans des formations européennes réputées, ainsi que dans de nombreux festivals de musique de chambre en France, Allemagne, Italie, Israël, Belgique, Pologne, Maroc et Suisse.

    Julita FASSEVA │ Contrebasse

    « Jouer avec Les Dissonances est pour moi un enrichissement et une expérience musicale incroyable. Être obligé  d’écouter, de communiquer et d’interagir les uns avec les autres fait de chaque musicien une partie indispensable d’une unité très puissante. L’énergie est sur scène vigoureuse, tout le monde joue pour sa vie. C’est de cette manière que j’aime faire de la musique. »

     

    Julita obtient le diplôme orchestral à la Hochschule für Musik und Darstellende Kunst à Francfort dans la classe de contrebasse de Günter Klaus. Parallèlement, elle a été associée aux principaux orchestres allemands tels que le « Symphonieorchester des Saarländischen Rundfunks », le « Rundfunkorchester des Bayerischen Rundfunks », le « Rundfunkorchester des Südwestfunks » et l’orchestre de l’Opéra Francfort. Depuis 1999 elle est membre de la section de basse de la Philharmonie Flamande Royale à Anvers. En plus de son travail orchestral, Julita est active dans des orchestres nationaux et internationaux divers et des ensembles comme l’Orchestre national de Belgique, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, l’ensemble Ictus, l’ensemble de Spectres et le Belge Kammerphilharmonie. En 2010 elle a fondé avec son mari Dimitri Mestdag le festival de musique de chambre « Arbanassi la Musique D’été ».

    Anita MAZZANTINI │ Contrebasse

    « Jouer avec Les Dissonances est passionnant. Avoir l’occasion de faire partie d’un orchestre qui joue sans chef d’orchestre crée des rapports spéciaux. La musique vous transporte par les sons, les regards, les sourires et crée chaque fois quelque chose de magique. »

     

    Née à Livourne en Italie, Anita Mazzantini commence ses études musicales à l’âge de 8 ans et obtient son diplôme à l’âge de 17 ans à la Scuola Di Musica Di Fiesole en Italie avec Bocini;  elle continue ensuite ses études avec Oetracchi, Bocini et Badila. Elle a collaboré avec plusieurs orchestres italiens et à l’étranger, et a été choisie par Ricardo Muti pour être membre de l’Orchestre L. Cherubini et par Claudia Abbado pour collaborer avec l’Orchestre Mozart. Elle a été décorée des honneurs de Mérite pour les Arts et la Culture de la République italienne par le Président italien Carlo Azeglio Ciampi. En 2008 elle a été sélectionnée pour jouer dans l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia et est choisie pour un essai à l’Orchestre de Philharmonie de Londres l’année suivante. Elle est maintenant assistante et contrebasse solo suppléante à l’Orchestre de l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia à Rome.

    ©Francesco Cabras
    Julia GALLEGO │ Flûte

    « Depuis déjà quelques années, je m’occupe en Espagne d’un ensemble sans chef. Cela a apporté un sens nouveau à ma vision de la profession et de la façon dont on partage la musique. Ce ne sont pas des énergies juste dirigées vers une personne (le chef). La sensation est vraiment différente, ce sont plutôt des énergies qui se rejoignent dans une grande liberté de jeu. Lorsque David m’a proposé d’organiser les pupitres de vents, je n’ai pas hésité une seconde… L’ambiance de travail est extraordinaire, ça ne s’arrête jamais ! »

     

    Née en 1973, Julia Gallego est titulaire d’un 1er Prix à l’unanimité du CNSM de Paris. Outre sa carrière de soliste et de chambriste, Julia Gallego est membre du Mahler Chamber Orchestra. Depuis 2006, elle est professeur à l’École Supérieure de Musique de Catalogne et au Conservatoire Supérieur de Liceu de Barcelone.

    ©Deniz Saylan
    Bastien PELAT │ Flûte

    « Partage, énergie, regards, musique, aventure humaine : tout ce que l’on retrouve intact à chaque nouveau projet… Et un mélange d’excitation et de curiosité à l’idée d’aborder des pages orchestrales avec le même état d’esprit et  d’échange que la musique de chambre ! »

     

    Après avoir débuté la flûte en Aveyron , Bastien Pelat obtient les premiers prix de flûte et de musique de chambre au CRR de Lyon puis au CNSM de Paris. Attiré très tôt par le métier d’orchestre, il étudie à la Pierre Monteux School (USA). Par la suite, il intègre différents orchestres en obtenant les postes de Seconde flûte à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse en 1998, Co-soliste à l’Orchestre de Chambre de Lausanne en 2002,  Flûte solo à l’Orchestre National des Pays de Loire en 2006. Depuis 2008, il est Seconde flûte à l’Orchestre de Paris. Parallèlement à son activité au sein de l’Orchestre de Paris, il  joue dans différents ensembles orchestraux et complète son activité musicale par des concerts de musique de chambre au sein de diverses formations.

    Alexandre Gattet │ Hautbois (1er Hautbois Solo de l’Orchestre de Paris)

    « Les Dissonances pour moi, c’est un grand terrain de jeu où l’on n’est jamais sûr des règles. Jouer sans chef, c’est à la fois une grande liberté et beaucoup de responsabilités : tout consiste à chercher l’équilibre entre les deux. C’est parfois risqué mais souvent excitant voire grisant. Je suis ravi d’y apporter mon expérience de hautbois-solo dans un grand orchestre symphonique et aussi très reconnaissant de ce que j’y reçois en retour pour ma vie de musicien. Heureux de participer à l’aventure des Dissonances depuis leurs tout premiers jours, je suis extrêmement fier de notre parcours durant ces 10 années ainsi que des magnifiques liens musicaux et amicaux qui ont pu se créer entre nous. Longue vie aux Dissonances ! »

     

    Alexandre Gattet a 7 ans lorsqu’il entreprend des études de hautbois. Il obtient une Médaille d’or au CNR de Toulouse avant d’entrer au CNSM de Paris où il remporte les Premiers prix à l’unanimité de musique de chambre (1998), puis de hautbois (1999). Premier prix du Concours international Gillet (USA-1999) et du Concours international de Tokyo (2000), il participe à de nombreux festivals en France et à l’étranger et a été invité comme hautbois solo au sein de grands orchestres internationaux (Philharmonique de Berlin, Orchestre de la Radio Bavaroise, Budapest Festival Orchestra, Mahler Chamber Orchestra…). En 2002, il est lauréat du prestigieux concours de lARD à Munich. Depuis décembre 2000, il est le 1er Hautbois Solo de l’Orchestre de Paris.

    Vicent ALBEROLA │ Clarinette

    « Sans chef, il faut absolument respirer ensemble, écouter ensemble, être très préparé en ayant une grande connaissance de la partition. Avant de venir aux Dissonances, je n’avais jamais joué dans ce type de formation. J’ai été vraiment impressionné dès la première répétition de ce qui s’en dégageait. »

     

    Vicent Alberola a étudié au Conservatoire Supérieur de Valence et au Conservatoire Royal d’Anvers. En 1989, il devient clarinette solo de l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée avant d’être pendant onze ans clarinette solo de l’Orchestre symphonique de Galicie. En tant que professeur, Vicent a collaboré avec l’Orchestre national des Jeunes d’Espagne, l’Orchestre des Jeunes des Asturies, de Galice, de Catalogne. Il a aussi enseigné au Venezuela à l’Orchestre des Jeunes Simon Bolivar ainsi qu’à Tokyo au Music Masters Course in Kazuka. Depuis, Vicent collabore avec les plus grandes formations espagnoles et européennes.

    ©DR
    Mariafrancesca LATELLA │ Clarinette

    « Mon premier concert avec les Dissonances remonte à octobre 2014. C’était formidable de partager cette expérience avec un groupe plein d’énergie vivante où tous les musiciens ont la liberté d’exprimer leurs propres idées musicales. Les performances sont toujours expressives et très profondes. J’ai vraiment apprécié le concept de travailler une pièce orchestrale comme dans un ensemble de musique de chambre où chaque instrument est actif et à l’écoute de l’autre.»

     

    Mariafrancesca Latella est diplômée en juillet 2000 du Conservatorio di Musica di Cosenza (Italie) sous Antonio Bifano et poursuit ses études à l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia à Rome et à l’Accademia Filarmonica de Bologne avec Alessandro Carbonare. Elle a joué en tant que membre de l’Orchestre des Jeunes de l’Union Européenne et de l’Orchestre du Festival de Schleswig Holstein sous la direction de B. Haitink, C. Eschenbach, H. Blomstedt, S. Bychkov, Sir Colin Davis, Sir John Eliot Gardiner, entre autres. Depuis 2006, elle a joué en tant que membre de l’Orchestre Mozart de Bologne et en 2012, a été invitée par Claudio Abbado à se joindre à l’Orchestre du Festival de Lucerne.

    Amrei LIEBOLD │ Basson

    « Être en mesure d’écouter, de sentir, de pénétrer encore plus profondément la musique, faire confiance aux autres et à soi-même – c’est ça pour moi – jouer avec les Dissonances !  Vibrer ensemble ! »

     

    Née à Dresden en Allemagne, Amrei Liebold fait ses études à Weimar, Cologne et Berlin. Elle est boursière à la Fondation pour Musique de chambre Villa Musica et membre de l’orchestre du Festival Schleswig-Holstein. En 2005, elle intègre l’Orchestre de l’Opéra de Wiesbaden. Elle joue aussi régulièrement à l’Orchestre Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, à l’Opéra de Valence en Espagne et à l’Orchestre de la Radio de Hanovre NDR. Parallèlement, elle étudie le basson baroque à Francfort et travaille avec l’Académie pour Musique Ancienne de Berlin. Depuis 2012, elle est contrebasson solo à l’Orchestre de Paris, elle enseigne au CRR de Paris, au Pôle Sup’93, au CRR93, et elle est invitée à jouer à l’Ensemble Intercontemporain, à l’Orchestre de Chambre et récemment à l’Opéra de Paris. Elle donne des masterclasses de contrebasson en Suisse, Allemagne, Espagne et au CNSM de Paris.

    Antoine DREYFUSS │ Cor

    « Les Dissonances sont une sorte de musique de chambre en version orchestre. Jouer sans chef donne une certaine liberté et une plus grande implication, car nous devons être plus à l’écoute. Nous sommes obligés de bien connaître ce que font les autres, cela fédère énormément. Avec le répertoire que nous abordons, le challenge est de plus en plus relevé. Jouer une symphonie de Mozart sans chef est désormais facile mais lorsque l’on aborde La Mer de Debussy, on peine à croire que cela soit possible. Pourtant, plus la musique est compliquée, plus l’expérience est probante, cela fonctionne encore mieux. Les Dissonances nous offrent également une ouverture et une recherche de l’authenticité. C’est pour cela que nous jouons avec les instruments pour lesquels les compositeurs ont écrit, comme le cor viennois pour les partitions de Brahms ou le cor naturel pour celles de Mozart. Les Dissonances dissonent pour le milieu musical mais de l’intérieur, cela sonne très bien. »

     

    Antoine Dreyfuss entre en 1994 au CNSM de Paris où il obtient un Premier Prix à l’unanimité en 1998, ainsi qu’un Premier Prix à l’unanimité en musique de chambre. La même année, il accède au poste de premier cor solo de l’Orchestre Philharmonique de Radio-France. Parallèlement, il mène une carrière de chambriste ; membre du quintette de cuivres Turbulences ainsi que de l’ensemble de vents Paris-Bastille. Il se produit régulièrement en France et à l’étranger. Très intéressé par la musique contemporaine, il participe à de nombreuses créations, notamment avec les ensembles l’Itinéraire et Court-Circuit. Passionné aussi par les instruments anciens, il joue avec La Chambre Philharmonique l’Orchestre des Champs-Élysées ainsi que Les Dissonances.

    Hugues VIALLON │ Cor

    « Les Dissonances, c’est essentiellement la liberté de pouvoir naviguer d’un instrument à l’autre, de personne à personne, avec toutes les différences culturelles apportées par chaque nationalité, et de pouvoir fusionner cela, créer une interprétation propre à l’ensemble, extrêmement personnelle.  Les Dissonances c’est un lieu réel de rencontres et d’échanges, un moment de partage et de joie. Aux Dissonances, nous sommes vraiment dans l’envie individuelle partagée. »

     

    Originaire de Montbrison dans la Loire, Hugues découvre la musique par l’étude du piano à l’âge de neuf ans. Il rentre au CNSM de Lyon dans la classe de Michel Garcin-Marrou et Michel Molinaro, succédé en 2006 par David Guerrier. Hugues a l’occasion de travailler avec de grandes formations symphoniques françaises telles que l’Orchestre National de France, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de Lyon, l’Opéra de Lyon, l’Orchestre de Montpellier… Depuis 2008, il est 2ème cor à l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Chambriste, il a eu l’occasion de travailler avec de grands solistes français (David Guerrier, Nicolas Baldeyrou, Romain Leleu…) et ainsi découvrir de prestigieuses salles de concerts (Concertgebouw d’Amsterdam…).

    Josef SADÍLEK │ Trompette

    « Les Dissonances, c’est un ensemble d’un esprit exceptionnel qui porte ceux qui le partagent dans un autre monde. Dans un monde prodigieux, plein de joie, de créativité, d’humanité et de beauté. Les Dissonances, ce sont aussi des paradoxes : jouer sans chef, c’est une liberté mais en même temps une responsabilité. C’est une chance extraordinaire de faire de la musique de chambre dans une formation symphonique, et de faire de la musique symphonique à la manière d’un orchestre de chambre ! Chaque projet est un processus de genèse et un privilège de pouvoir profiter des beaux effets de ce travail. Pour moi, tout ceci signifie la joie de la musique. »

     

    Josef Sadílek est né en 1974 à Chrudim en Bohême orientale. Il a étudié à l’Académie tchèque des arts musicaux à Prague chez Václav Junek, puis s’est perfectionné auprès de Karl Steininger et Friedemann Immer. Il a joué en tant que membre du Gustav Mahler Jugendorchester sous la direction d’Ivan Fischer, Pierre Boulez et Semyon Bychkov. Depuis 1998, il est membre de L’Opéra d’État de Prague, et depuis 2001 comme trompettiste solo. Parallèlement à son activité en République tchèque, il joue régulièrement avec Les Dissonances depuis 2010. Invité dans de nombreuses formations d’instruments d’époque et dans de nombreux festivals en Europe, il s’investit également beaucoup, jouant de la trompette naturelle dans la musique ancienne.

    ©Vladimír Vránek
    Jose Angel ISLA JULIAN │ Trombone

    « Les Dissonances, ce merveilleux ensemble à l’énergie débordante où musique rime avec partage, écoute et adrénaline, et où l’absence de chef d’orchestre met en exergue l’interaction entre chaque musicien… du pur bonheur ! »

     

    Jose débute le trombone à l’âge de 11 ans à l’Union Musicale de Benidorm avant de poursuivre ses études à l’Institut Superieur de Madrid puis au CNSM de Paris dans la classe de Claude Chevaillier. Il se perfectionne alors aux côtés de personnalités telles que Jens Mac Manama, Stefan Schultz, Joseph Alessi, Branimir Slokar et obtient en 2004 son prix mention Très Bien à l’unanimité. Il est invité à se produire au sein de prestigieuses formations telles que l’Opéra de Paris, l’Orchestre du Festival de Verbiers, l’Orchestra Mozart di Bologna, le Mahler Chamber Orchestra ou encore le Netherlands Radio Philharmonic et l’Opéra de Valence. Depuis 2014, Jose est trombone basse solo à l’Orchestre de Paris et professeur assistant au CNSM de Paris.

    Camille BASLÉ │ Timbales

    « Les Dissonances ? Une bouffée d’air pur, indispensable ! Ce mélange de grande naïveté et d’extrême exigence est d’une redoutable efficacité ; je suis complètement accro ! »

     

    A l’âge de 7 ans, il entre au Conservatoire de Rouen, puis poursuit son apprentissage musical au CNR de Paris, où il intègre en 1988 la classe de Michel Cerutti, puis celle de Frédéric Macarez. Il y obtient un premier prix en 1996, ainsi qu’un prix de perfectionnement en 1998. Très actif dans le domaine des interprétations historiques, il devient membre en 2006 de l’orchestre « Les Siècles », dirigé par François-Xavier Roth. En septembre 2013, il rejoint l’Orchestre de Paris en qualité de timbalier solo.

    Chargement