Lancement de la saison 2019-2020 !

publié le

    

L’Europe au cœur, au cœur de l’Europe.

De Franz Schubert à Luciano Berio réunis dans Rendering, salut d’une âme à une autre, cette nouvelle saison est riche de chefs-d’œuvre de notre culture européenne. Comment peut-on s’interroger encore sur l’idée même de la nécessité d’Europe, alors que l’Europe est notre évidence, notre destin commun. Elle est notre berceau, notre histoire et notre bastion à défendre, s’il en est un pour lequel un étendard serait encore à lever.

 

Richard Wagner, instrumentalisé en d’autres temps pour une Europe de la barbarie absolue, nous livre avec le prélude de Tristan et la mort d’Isolde la plus belle musique qui soit. Richard Strauss dont les Métamorphoses (premier enregistrement des Dissonances) contemplaient l’apocalypse de l’année 1945, nous offre avec son Concerto pour hautbois une œuvre qui plonge avec délice dans l’évocation d’un classicisme Mozartien, époque d’une autre Europe...

Arnold Schönberg, aux temps de la splendeur de Vienne, s’empare de Pelléas et Melisande. Dans la droite ligne de sa sublime Nuit transfigurée, il nous livre un poème symphonique dont le lyrisme débordant laisse présager la naissance d’un nouveau monde.

Que dire de la neuvième et dernière symphonie d’Anton Bruckner, lancée vers le ciel comme un message d’amour universel ? Nous ne sommes pas dans la vision politique des peuples mais dans le testament d’un homme qui embrasse notre nature, nos terres et nos ciels.

Luciano Berio qui se penche avec une tendresse infinie sur les esquisses laissées par un Schubert mourant qui voulait toujours aller plus loin, avec cette vitalité féroce qui voulait battre la mort de vitesse. Ce sont les dernières notes d’un homme épris de liberté, rêveur d’une Europe ouverte comme elle l’est aujourd’hui.

Que serait l’Europe sans la Mitteleuropa ? C’est le creuset de toute notre musique. D’un côté de la montagne il y a l’influence indienne, proche-orientale, de l’autre les chants des paysans qui regardent la civilisation européenne, allemande, française. Béla Bartòk et Zoltán Kodály ont sculpté la terre et le vent. Ils ont écouté ces musiques de tous les mondes aux portes de l’Europe, et les ont écrites pour nous.

Il y a encore tant à découvrir, tant de merveilles dans cette Europe. Si vous ne la regardez plus, venez l’écouter !

David Grimal

     

Saison 2019-2020